Portrait

Pr HAUHOUOT : UNE PHARMACIENNE BIOLOGISTE PASSIONNÉE AU SERVICE DE LA SANTÉ PUBLIQUE

 

1-   Pouvez-vous vous présenter svp.

Je suis Madame HAUHOUOT, de mon nom complet Professeur HAUHOUOT, née ATTOUNGBRÉ. Je suis pharmacienne biologiste des hôpitaux et détiens le titre de professeur titulaire en biochimie.

 

2-   Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?

Mon parcours professionnel a débuté en 1984 à l'école de pharmacie, après avoir obtenu mon baccalauréat en série D. J'ai été élève à l'école des Sœurs de Notre Dame du Plateau. Par la suite, j'ai obtenu mon diplôme d'État de docteur en pharmacie en 1991. Dès lors, j'ai entrepris un ensemble de certificats d'études spécialisées en biologie pour me spécialiser en tant que pharmacienne biologiste. Parallèlement à cela, en 1995, j'ai accompli un DEA suivi d'un doctorat de troisième cycle à Lyon. Cette formation m'a permis d'accéder au concours d'assistanat et, ultérieurement, à la maîtrise de conférences. En 2012, j'ai achevé ma titularisation.

 

3-   Depuis combien d’années travaillez-vous au CHU de Treichville ?

Je compte désormais 29 années d'activité à l'Institut de Cardiologie, où j'ai commencé en tant qu'assistante. Mon parcours s'est enrichi ici, au sein de cet institut, où j'ai réussi mon concours d'agrégation et acquis ma titularisation. Toutefois, avant cela, j'ai travaillé au CHU de COCODY, dans le service d'hématologie, en tant que pharmacienne biologiste. Après cette expérience, j'ai rejoint l'Institut Pasteur et intégré le service de biochimie. Depuis mon arrivée à l'Institut de Cardiologie, je n'ai pas changé de lieu d'exercice et envisage même de prendre ma retraite au sein de cette institution.

 

4-   Qu'est-ce qui vous a motivé à vous intéresser à la biologie ?

Le choix de me tourner vers la biologie s'est enraciné dès le début de mon cursus en pharmacie. J'ai eu la chance de compter parmi mes enseignants le regretté Professeur YAPO ABÉ Philippe, qui dispensait des cours de biochimie. Ses enseignements ont suscité mon intérêt pour cette matière, m'incitant à embrasser la voie de la biologie médicale.

 

5-   Alors, quels sont les principaux défis que vous avez rencontrés tout au long de votre carrière ?

Mon parcours a été jalonné de défis significatifs, dont j'en évoque deux en particulier. Le premier fut le passage du concours d'agrégation, une étape exigeante qui nécessite une concentration exclusive et qui impacte également la sphère familiale, compte tenu de mes responsabilités en tant qu'épouse et mère. Ensuite, le second défi fut la certification de notre service, une entreprise nouvelle et enrichissante, marquant les premiers pas dans cette voie au sein du service public. Cette expérience a été des plus stimulantes.

 

6-   Comment la période Covid a-t-elle impacté vos activités ?

La période de la pandémie a fortement influencé nos activités, conformément aux directives ministérielles. Notre institut a dû fermer ses portes aux patients externes et s'adapter aux circonstances. En tant que responsable du service, j'ai dû mettre en place des programmes de permanence pour minimiser les risques pour le personnel médical. Malheureusement, de nombreux professionnels de la santé ont été touchés. Nos activités ont été réduites au strict minimum, tout en continuant d'assurer les examens essentiels pour les patients nécessitant un suivi médical continu.

 

7-   Alors, commentez la biologie a évolué depuis que vous êtes là ? Est-ce que vous avez remarqué des évolutions ?

L'évolution de la biologie s'est manifestée à travers les progrès constants de ses outils et technologies. Les méthodes d'analyse sont devenues de plus en plus performantes, permettant de répondre efficacement aux demandes des prescripteurs. Ces avancées ont favorisé un diagnostic plus précis des pathologies, facilitant ainsi la prise en charge des patients. L'évolution technologique dans ce domaine est palpable chaque année, notamment lors des salons internationaux consacrés à la biologie, qui mettent en avant les dernières avancées. Cette dynamique est cruciale pour rester à jour dans ce domaine en constante mutation.

 

8-   Quel est mon plus grand accomplissement jusqu'à ce jour ?

Dans le domaine professionnel, deux réalisations se distinguent particulièrement. D'abord, avoir mené le laboratoire jusqu'à la certification, au sein de l'Institut de Cardiologie. Ensuite, dans le cadre académique, avoir guidé un étudiant jusqu'à l'agrégation, en tant que responsable du département. Assumer cette responsabilité a été un défi, étant donné que je prends la relève de mon maître de séminaire récemment retraité. Motiver et orienter les jeunes vers notre spécialité constitue une entreprise exigeante, mais tout à fait gratifiante.

 

9-   Quels sont vos projets de recherche actuels pour la biologie ?

Nous avons établi un plan de recherche qui s'étend jusqu'en 2024-2025, guidant nos thèses, mémoires et recherches à venir. Ce plan guide également l'animation de notre département. Un vaste projet de recherche porte sur la réévaluation des paramètres biochimiques chez les Ivoiriens, un chantier majeur en collaboration avec d'autres départements de la faculté.

 

10-En dehors de votre travail, quels sont vos loisirs ?

En dehors de mon activité professionnelle, mes loisirs incluent le voyage et la mer, éléments qui me procurent un grand plaisir. J'apprécie également le VTT, une passion que je pratique assidûment.

 

11-Est-ce que vous avez réussi à gérer vie professionnelle et vie de famille ?

L'équilibre entre ma carrière et ma vie personnelle n'a jamais été source de conflit. L'organisation et les priorités ont permis de concilier ces aspects. Les week-ends sont réservés à la famille, tandis que les périodes de vacances scolaires sont propices aux moments en famille. Les horaires de travail raisonnables ont contribué à un équilibre satisfaisant entre ces deux sphères.

 

12-comment voyez-vous l'avenir de la recherche en Côte d'Ivoire ?

Le domaine de la recherche en Côte d'Ivoire est en constante progression, manifestée par la participation active des jeunes chercheurs lors des journées scientifiques. Cette évolution positive est aussi perceptible au sein de l'Institut où je travaille, avec des plateformes permettant aux chercheurs de communiquer leurs travaux. La recherche est essentielle pour mieux comprendre et prendre en charge les enjeux de santé publique, et le dynamisme actuel laisse présager un avenir prometteur.

 

13- Quels conseils pouvez-vous donner donc à cette jeunesse-là qui s'intéresse à la biologie ?

Mon conseil aux jeunes qui s'intéressent à la biologie est de nourrir une réelle passion pour cette discipline. La persévérance est essentielle, car le chemin peut être ardu et exige des investissements en temps et en ressources. L'aboutissement de projets et la reconnaissance sont gratifiants. Il est primordial de se battre pour la reconnaissance et l'impact positif sur la société, tout en restant attaché à l'amour pour la biologie, moteur de l'engagement et de la réussite.

 

Danielle YESSO


Commentaires

Articles chauds