La Norvège lance une alerte après la découverte de 23 décès liés au vaccin Pfizer

  • Publié le 19/01/2021
  • News
  • Par Tiapo Jean Michel
  • 743

MISE A JOUR : L’Agence norvégienne des médicaments (NOMA) a finalement corrigé le tir et parle maintenant de coïncidence. Le lien de causalité n’a pu être établi.

D’après les autorités sanitaires norvégiennes, le vaccin Pfizer pourrait représenter un risque pour les personnes très âgées et/ou gravement malades.

23 décès ont été constatés dans les jours qui ont suivi une injection du produit. Treize autopsies ont déjà été réalisées. Elles ont révélé que les effets secondaires du vaccin ‘peuvent avoir mené’ à de funestes conséquences chez ces personnes âgées et fragiles, a fait savoir l’Agence norvégienne des médicaments.

‘Les rapports indiquent que les effets secondaires courants des vaccins à ARNm, tels que la fièvre et les nausées, peuvent avoir entraîné la mort de certains patients fragiles’, a déclaré Sigurd Hortemo, médecin en chef de l’agence.

Sur son site, l’organisme rappelle également que les ‘grandes études’ sur le vaccin de Pfizer/BioNTech ‘n’ont pas inclus les patients souffrant de maladies instables ou aiguës – et ont inclus peu de participants de plus de 85 ans’.

En outre, l’agence signale que la Norvège est justement en train de vacciner des personnes âgées souffrant de maladies graves. ‘C’est pourquoi on s’attend à ce que des décès proches du moment de la vaccination puissent avoir lieu. En Norvège, 400 personnes en moyenne meurent chaque semaine dans les maisons de retraite et les établissements de soins de longue durée’, précise-t-elle.

L’Institut de santé publique confirme et s’adapte

‘Pour les personnes les plus fragiles, même les effets secondaires relativement légers du vaccin peuvent avoir des conséquences graves’, a confirmé l’Institut norvégien de santé publique. ‘Pour ceux qui ont de toute façon une durée de vie restante très courte, le bénéfice du vaccin peut être marginal, voire sans importance’.

Ces annonces n’empiètent toutefois pas sur le bon déroulement de la campagne de vaccination norvégienne. ‘Nous ne sommes ni alarmés ni inquiets, car ces cas sont très rares et se sont produits chez des patients très fragiles atteints de maladies très graves’, a rassuré Steinar Madsen, directeur médical au sein de l’Agence norvégienne des médicaments, dans une interview accordé au British Medical Journal.

En attendant d’obtenir davantage de données, l’Institut national de santé publique a modifié le guide de vaccination contre le coronavirus, y ajoutant de nouveaux conseils sur la vaccination des personnes âgées fragiles. Ceux-ci impliquent principalement une réflexion et une discussion entre le personnel médical, le patient et ses proches, au sujet du ratio bénéfices/risques de la vaccination.

Pfizer réagit

Pfizer et BioNTech ont réagi à cette annonce. D’après Bloomberg, les concepteurs du vaccin auraient déclaré travailler avec les autorités sanitaires norvégiennes pour connaître les causes exactes des décès. Pfizer a toutefois déclaré que le nombre d’incidents liés au vaccin n’était, jusqu’ici, pas alarmant.

La Norvège a entamé sa campagne de vaccination avec le vaccin Pfizer le 27 décembre dernier. Depuis, 34.000 doses ont été administrées, avec une priorité axée sur les personnes âgées et/ou à risque. Cette semaine, le pays scandinave a également commencé à injecter des doses du vaccin mis au point par Moderna.

A ce jour, 511 personnes ont perdu la vie en Norvège des suites d’une contamination au Covid-19.

Source : BusinessAM

Commentaires