Le rôle de la nouvelle Pharmacie de la Santé Publique ( NPSP) dans la mise en place de la couverture maladie universelle

  • Publié le 10/11/2020
  • Enquêtes
  • Par Tiapo Jean Michel
  • 775

Professeur YAPI, quel est le rôle de la NPSP dans le cadre du processus de mise en place de la couverture maladie universelle ?

La NPSP a été chargée de centraliser les approvisionnements et de repartir les médicaments aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé à travers nos partenaires du secteur privé que sont les grossistes répartiteurs privés et les pharmaciens privés d’officine.

Quels sont les médicaments pris en charge par le panier de soins de la CMU ?

Il y a 242 items, c’est-à-dire 242 médicaments différents que l’on peut rassembler dans 47 familles thérapeutiques et qui vont pouvoir permettre de couvrir 170 pathologies qui été ciblées par le panier de soins. On peut citer : les anti-douleurs, les antis paludiques, les médicaments pour lutter contre l’ulcère gastroduodénal.

Alors, quelles sont les dispositions prises par la NPSP pour assurer la disponibilité des médicaments dans les pharmacies ?

La NPSP a commandé les médicaments nécessaires pour environ 09 mois de stocks dans un premier temps. Nous sommes en train d’exécuter le plan d’approvisionnement et nous avons déjà à 03 mois recueilli 81% des médicaments nécessaires.

Pour une personne malade, où doit elle se rendre pour bénéficier de ces médicaments ?

Dès que cette personne malade aura bénéficié d’une consultation, elle aura une fiche de soins et avec cette fiche de soins, elle pourra se rendre dans la pharmacie de l’hôpital ou dans une officine de pharmacie la plus proche et elle pourra ainsi bénéficier des ces médicaments avec le ticket modérateur. Ces médicaments seront disponibles au même prix aussi bien dans le secteur public que dans les officines privées de pharmacie.

Il y aura-t-il une distinction particulière sur le conditionnement de ces médicaments ?

Ces médicaments auront un signe distinctif sur leurs conditionnements et ce signe distinctif aura deux fonctions :

- La première sera d’assurer la traçabilité. C’està- dire que, les agents du ministère de la santé pourront à tout moment s’assurer de la bonne utilisation de ces médicaments.

- La deuxième fonction de cet étiquetage sera de permettre l’authentification par les populations à l’aide d’un smartphone et d’une application qui sera téléchargé gratuitement. Ces populations pourront s’assurer du caractère licite des médicaments qui leurs sont proposés.

Professeur, parlons à présent des prix des médicaments de la CMU. Les étudiants ont évoqué des prix assez bas (150F…) Est-ce réaliste ? le coût bas de ces médicaments ne ferait-il pas penser à des médicaments de qualité réduite ?

Je crois que ce qui est important à noter est que ces médicaments guérissent et il faut de plus en plus que nous puissions sortir de cette approche un peu dogmatique qui veut que les médicaments de qualité soient forcement chers ; ce n’est pas vrai du tout. Notre rôle est justement d’assurer par la mise en concurrence cette accessibilité. Notre dispositif d’assurance qualité comprend d’abord une phase de présélection c’est-à-dire que nous rassemblons dans une commission toutes les compétences nationales en matière de qualité du médicament et les praticiens hospitaliers aussi, qui viennent faire le choix de ces médicaments, les examiner. Chaque fois que nous recevons un produit, nous nous assurons de la conformité avec ce que nous avons préqualifié. Après cette étape vous avez le contrôle analytique qui est effectué par le laboratoire national. Finalement pour assurer la qualité des médicaments, nous avons nos conditions de stockage qui sont conformes aux normes internationales et aussi les conditions de transport.

De manière pratique, pour un assuré malade de la fièvre typhoïde ou soufrant d’une appendicite, qu’est ce qu’il devra débourser pour bénéficier des prestations de la CMU ?

Si on prend le cas d’une fièvre typhoïde et un traitement par voie orale donc qui utilise des antibiotiques. Le traitement sur cinq (05) jours va valoir environ 4800F CFA et si on applique le ticket modérateur de la CMU soit 30% ; l’assuré devra payer autour de 1200F CFA pour un traitement de cinq (05) jours. Si je prends le cas d’un traitement d’une appendicite (par voie chirurgicale) ; cette intervention va nécessiter deux kits. Un kit pour les intrants et un kit pour l’anesthésie. Les deux kits mis ensemble vont coûter environ 48 000F CFA et si on applique le ticket modérateur de la CMU qui est de 30%. L’assurer devra débourser autour de 16 000F CFA.

Professeur, pouvez vous nous assurer qu’en octobre 2019 les médicaments seront disponible aussi bien dans les officines privées que dans les pharmacies du publique ?

Absolument, je peux vous assurer qu’au 1er octobre ces médicaments seront disponibles dans les centres de santé publique et disponibles également dans les officines privées de pharmacie. Quelles sont les perspectives de la NPSP à l’orée 2020 ?

La perspective majeure est de finaliser notre processus de déconcentration avec la création de trois autres agences en dehors de celle de Bouaké qui est en cours de finalisation ; l’agence de GAGNOA, l’agence de KORHOGO et aussi l’agence d’ABENGOUROU. Donc nous y travaillons et notre objectif est de faire en sorte qu’à la fin de l’année 2022 ces trois (03) agences soient disponibles.

 

source : Caisse Nationale d’AssuranceMaladie

Commentaires