CÔTE D’IVOIRE : UN CAS DE MALADIE A VIRUS EBOLA CONFIRME APRES INVESTIGATION

  • Publié le 14/08/2021
  • News
  • Par Tiapo Jean Michel
  • 758

 

 

Le 13 août 2021, l’Institut National d’Hygiène est alerté par le service des urgences médicales du CHU de Cocody pour une suspicion de fièvre hémorragique. Il s’agit d’une jeune fille de 18 ans, répondant au nom de Kadidiatou Diallo, originaire de la région de Labé à en Guinée, frontalière avec le Sénégal au Nord, à 555 kilomètres de Guékékou où un cas de la fièvre à Virus de Marburg a été détecté le 3 août 2021.

Suite à l’appel des urgences médicales, l’INHP a enclenché la procédure de gestion de cette suspicion de fièvre hémorragique, notamment par : 

-         Information de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (IPCI) pour faire un prélèvement sanguin ;

-         information du Service des Maladies Infectieuses et Tropicales (SMIT) pour sa prise en charge thérapeutique ; 

-         information du SAMU pour son transfert à bord d’une ambulance avec toutes les précautions d’usage; 

 

Par ailleurs, une équipe d’épidémiologistes s’est rendue aux urgences du CHU de Cocody pour investiguer. Elle a rencontré Dr Bouadi, médecin résident, le compagnon de la malade et son beau père. De cette investigation il ressort que dans le cadre de ses vacances scolaires, elle a quitté Labé, en compagnie du père de son futur époux, le 8 août 2021 pour se rendre à Abidjan afin de rejoindre ce dernier. Au cours de ce voyage qui a duré cinq (05) jours elle est passée par Nzérékoré, où elle a changé de car pour arriver à Ouaninou elle a encore changé de véhicule de transport en commun avec soixante-dix (70) passagers avant d’arriver à la gare d’Adjamé le 12 août 2021 vers 14 heures et regagner le domicile de son compagnon sis à Cocody 2 plateaux.

 

Au cours du voyage entre Labé et Abidjan, elle aurait présenté une fièvre qui s’est amendée par du Paracétamol. Le 12 août vers 21 heures elle a présenté à nouveau la fièvre avec des céphalées et un saignement au niveau des gencives et des organes génitaux. 

Face à cette symptomatologie, son compagnon l’a transportée à bord d’un taxi à la clinique Saint Nancy de Marcory Résidentiel d’où elle a été évacuée aux urgences médicales du CHU de Cocody. L’investigation auprès de Dr Bouadi des urgences médicales confirme la suspicion de fièvre hémorragique, suite aux signes évocateurs, si bien que la patiente a été isolée à la chambre 53.

 

 

 

Ce tableau a nécessité son transfert au service des Maladies Infectieuses et Tropicales, à bord d’une ambulance médicalisée dédiée du SAMU pour une meilleure prise en charge où elle est hospitalisée.

Après l’interrogatoire de ces personnes, l’équipe a recensé les contacts familiaux (3), les contacts au niveau des urgences (6) et elle est allée recenser les contacts au niveau de la clinique Sainte Nancy. 

Par ailleurs, une équipe de l’INHP est passée pour désinfecter la salle où elle a été hospitalisée aux urgences et prodiguer des conseils au personnel de santé des urgences, notamment le port systématique de matériel de protection individuelle (EPI, gants) lavage des mains.

Devant cette situation et en attendant les résultats du laboratoire, l’INHP a renforcé la surveillance épidémiologique dans les structures de santé et le contrôle sanitaire au niveau des frontalières.

 

A la date du 14 août le laboratoire de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (IPCI) a confirmé le cas.

 

Institut Pasteur de CI

 

Commentaires