VARIANTS DE SARS-COV-2 : QUELLE EFFICACITÉ POUR LES VACCINS EN VIE RÉELLE ?

  • Publié le 21/07/2021
  • News
  • Par Tiapo Jean Michel
  • 908

Au gré des communiqués de presse des laboratoires pharmaceutiques, des études d'immunogénicité ou des articles de presse, beaucoup a été dit et écrit sur l'efficacité des vaccins contre la COVID-19 vis-à-vis des nouveaux variants. Mais qu'en est-il dans la « vie réelle » ?

À la suite des données obtenues en population générale sur l'efficacité des vaccins contre les formes sévèresen particulier chez les personnes âgées, ou pour réduire la transmission, des données de vie réelle ont récemment été publiées concernant l'efficacité contre les variants des trois vaccins les plus administrés à ce jour : COMIRNATY (Pfizer-BioNTech), SPIKEVAX (Moderna) et VAXZEVRIA (AstraZeneca). Pour la plupart, ces données obtenues à grande échelle concernent à la fois la prévention des formes symptomatiques (tous degrés de sévérité confondus) et la prévention des formes graves.
Pour rappel, les variants considérés sont Alpha (« anglais »), Bêta (« sud-africain »), Gamma (« brésilien ») et Delta (« indien »). Seuls les variants Bêta et Gamma portent la mutation E484K de la protéine Spike, mutation associée à une relative résistance aux anticorps générés par la vaccination.



Des données obtenues sur de grands effectifs
Ces diverses analyses de données de vie réelle ont pour caractéristique commune leurs grands effectifs.

Par exemple, une étude menée dans l'Ontario (Canada) a comparé l'incidence de la COVID-19 entre 421 000 cas d'infection symptomatique (dont 14 000 hospitalisés ou décédés) et 351 000 témoins partageant la même démographie.

Autre exemple, une étude écossaise a étudié la situation vaccinale de 19 500 cas (dont 7 723 dus au variant Delta), parmi lesquels 377 ayant été hospitalisés (134 cas au variant Delta).

Au Qatar, un article récemment publié a présenté le taux de protection contre les formes sévères dues aux variants D614G (variant « historique » Wuhan) et Alpha, tous âges confondus, chez 265 000 personnes vaccinées avec COMIRNATY.

En France, 41 151 patients infectés par D614G, Alpha ou Bêta/Gamma ont été comparés à 3 644 personnes non infectées partageant les mêmes caractères démographiques.



Tous degrés de gravité confondus, des vaccins qui restent efficaces
Le tableau I ci-dessous présente les taux de protection obtenus 14 jours après la première injection ou 7 jours après la seconde, selon les variants considérés, pour toute forme symptomatique.

Pour les vaccins à ARNm (COMIRNATY et SPIKEVAX), le taux de protection observé dans les études de phase 3 (variant D614G essentiellement) est préservé contre les variants Alpha et Delta, et peut-être très légèrement diminué contre les variants Bêta/Gamma.

Pour VAXZEVRIA, le taux de protection après 2 doses semble sensiblement diminué (environ 15 % de moins) contre le variant Delta, mais elle reste nettement au-dessus de la barre des 50 % (qui est celle fixée par les autorités sanitaires). Les données fiables manquent pour les variants Bêta/Gamma, les seules disponibles étant celles issues de l'essai de phase 3 mené en Afrique du Sud (méthodologiquement fragiles).

Les informations disponibles sur les vaccins de Janssen/Johnson&Johnson (COVID-19 VACCINE JANSSEN) et Novavax sont insuffisantes pour conclure (et n'ont pas été obtenues « en vie réelle »).
Mais, concernant le vaccin Janssen, un préprint récent a étudié l'efficacité contre les variants des anticorps neutralisants obtenus après vaccination : ceux-ci préservent davantage leur efficacité contre le variant Delta (neutralisation diminuée d'un facteur 1,6) que contre les variants Bêta (diminution d'un facteur 3,6) ou Gamma (diminution d'un facteur 3,4).
De plus, une autre étude a montré que, après une injection unique de vaccin Janssen, les taux sanguins d'anticorps neutralisants augmentent jusqu'à 8 mois après l'injection, avec une amélioration de leur pouvoir neutralisant vis-à-vis du variant Bêta : la réduction d'efficacité contre ce variant (par rapport à celle obtenue contre le variant Wuhan) passe d'un facteur 13 (à J29 post-injection) à un facteur 3 (à J239 post-injection).

 

Tableau I - Taux de protection observés en vie réelle contre toutes formes confondues [% (IC95%)]

Vaccin

Dose

D614G
(phase 3)

Alpha

Bêta/Gamma

Delta

COMIRNATY
Pfizer BioNTech

1

52 (30-68) (10)

66 (64-68) (1)
51 (47-55) (2)

60 (52-87) (1)

56 (45-64) (1)
34 (21-44) (2)

2

93 (90-95) (11)
95 (95-96) (12)

89 (86-91) (1)
93 (90-96) (2)
92 (90-93) (4)
90 (86-100) (5)
86 (81-90) (9)

84 (69-92) (1)
75 (71-79) (5)
77 (63-86) (9)

87 (64-95) (1)
88 (78-93) (2)
88 (85-90) (3)
79 (75-82) (4)

SPIKEVAX
Moderna

1

80 (55-93) (13)

83 (80-86) (1)

77 (69-92) (1)

72 (57-82) (1)

2

95 (87-98) (13)

92 (86-98) (1)

 

 

VAXZEVRIA
AstraZeneca

1

 

64 (60-68) (1)
51 (47-55) (2)

48 (28-83) (1)

67 (44-80) (1)
34 (21-44) (2)

2

76 (68-82) (14)

66 (54-75) (2)
73 (66-78) (4)

 

60 (29-77) (2)
67 (61-72) (3)
60 (53-66) (4)
63 (52-72) (16)

Ad26.COV2.S
Janssen/J&J

1

66 (55-74) (6)

 

64 (41-79) (6)

 

NVX-CoV 2373
Novavax

2

96 (?-?) (7)

86 (?-?) (7)
93 ? (8)

60 (20-80) (7)

 

(1) Nasreen S et al. ; (2) Lopez Bernal J et al. ; (3) Stowe J et al. ; (4) Sheikh A et al. ; (5) Abu-Raddad LJ et al. ; (6) VIDAL Actus, 2 mars 2021 ; (7) VIDAL Actus, 11 février 2021 ; (8) Communiqué de presse, Novavax, 14 juin 2021 ; (9) Charmet T et al. ; (10) VIDAL Actus, 20 décembre 2020 ; (11) Communiqué de presse Pfizer, 21 avril 2021 ; (12) Haas EJ et al. ; (13) VIDAL Actus, 17 décembre 2020 ; (14) Communiqué de presse AstraZeneca, 25 mars 2021 ; (15) Sadoff J et al. (16) Thiruvengadam R et al.


Une efficacité plus solide contre les formes sévères dues aux variants
Le tableau II ci-dessous présente les taux de protection obtenus 14 jours après la première ou 7 jours après la seconde injection, selon les variants considérés, uniquement pour les formes sévères (c'est-à-dire nécessitant une hospitalisation).

On y voit clairement que la protection contre ces formes est préservée quel que soit le variant et quel que soit le vaccin. Par exemple, là où VAXZEVRIA présentait une diminution notable d'efficacité dans le tableau I (variant Delta), il ne montre pas de réduction notable de sa capacité à protéger contre les formes graves dues à ce variant. Selon une étude présentée en préprint, cette préservation de son efficacité contre les formes sévères pourrait s'expliquer par un maintien de l'efficacité de la réponse immunitaire cellulaire contre le variant Delta.

 

Tableau II - Taux de protection observés en vie réelle contre les formes sévères / hospitalisations
[% (IC95%)]

Vaccin

Dose

D614G

Alpha

Bêta/Gamma

Delta

COMIRNATY
Pfizer BioNTech

1

 

80 (78-82) (1)
83 (62-93) (3)

77 (69-83) (1)

78 (65-86) (1)
94 (46-99) (3)

2

98 (97-98) (12)
95 (71-100) (11)

95 (92-97) (1)
95 (78-99) (3)
100 (82-100) (5)

95 (81-99) (1)
100 (74-100) (5)

96 (86-99) (3)

SPIKEVAX
Moderna

1

 

79 (74-83) (1)

89 (73-95) (1)

96 (72-99) (1)

2

 

94 (89-97) (1)

 

 

VAXZEVRIA
AstraZeneca

1

 

85 (81-88) (1)
76 (61-85) (3)

83 (66-92) (1)

88 (60-96) (1)
71 (51-83) (3)

2

100 (?-?) (14)

86 (53-96) (3)

 

92 (75-97) (3)
82 (10-99) (16)

Ad26.COV2.S
Janssen / J&J

1

85 (54-74) (15)

 

82 (46-95) (6)

 

(1) Nasreen S et al. ; (2) Lopez Bernal J et al. ; (3) Stowe J et al. ; (4) Sheikh A et al. ; (5) Abu-Raddad LJ et al. ; (6) VIDAL Actus, 2 mars 2021 ; (7) VIDAL Actus, 11 février 2021 ; (8) Communiqué de presse, Novavax, 14 juin 2021 ; (9) Charmet T et al. ; (10) VIDAL Actus, 20 décembre 2020 ; (11) Communiqué de presse Pfizer, 21 avril 2021 ; (12) Haas EJ et al. ; (13) VIDAL Actus, 17 décembre 2020 ; (14) Communiqué de presse AstraZeneca, 25 mars 2021 ; (15) Sadoff J et al. (16) Thiruvengadam R et al.


En conclusion, les données de vie réelle sur l'efficacité des vaccins contre les variants de SARS-CoV-2 sont rassurantesen particulier contre les formes sévères, et quel que soit le variant considéré. Seul VAXZEVRIA montre une perte significative d'efficacité contre Delta (et très probablement contre Bêta/Gamma), mais uniquement lorsque les formes légères à modérées sont prises en compte. De plus, son efficacité reste dans la limite d'efficacité acceptée par les autorités sanitaires.

Ces éléments rassurants sont cohérents avec l'avis récent de la Haute Autorité de santé précisant que, hors personnes fragiles ou immunodéficientes, une troisième dose de vaccin n'est pas justifiée contre les variants actuels.

 


©vidal.fr

Commentaires